Plus d’autonomie pour nous, c’est plus de liberté pour vous

Participer à la construction d’une société où chaque citoyen, quel que soit son degré d’autonomie ou de développement, puisse faire et exprimer ses choix. 

Magazine "Réadaptation

N°496 Janvier 2003

Au seuil de l’ouverture de l’année européenne des personnes handicapées, c’est autour de cet objectif que le Comité français de coordination pour l’année européenne des personnes handicapées trouve son unité et pose son action, car participer, pour une personne handicapée, c’est trouver les moyens de sa reconnaissance, elle que l’on ne veut souvent pas voir, pas entendre et ne pas côtoyer par crainte, par méconnaissance ou par « facilité ».

Si vivre amputé d’une part de ses moyens d’action ou d’expression est difficile, vivre avec les personnes handicapées l’est aussi ; ceux qui en font l’expérience quotidienne ne le savent que trop. Mais quand chacun choisi d’affronter la situation et non pas de la fuir, le possible s’ouvre jusqu’à l’intégration dans la non-discrimination et l’égalité. Responsables, les citoyens limités dans leur autonomie par une déficience physique, sensorielle ou mentale souhaitent d’abord exprimer leurs potentiels et trouver les occasions d’échanger sur un pied d’égalité, c’est-à-dire de donner, eux qui reçoivent tant des autres.

Comme elles l’ont affirmé dans la Déclaration de Madrid, les personnes handicapées veulent l’égalité des chance, et non la charité. Si elles comprennent et soutiennent les expressions du cœur dans leur recherche d’un monde ouvert et tolérant, elles ne veulent plus être maintenues dans la position du pauvre qui reçoit, elles veulent être des partenaires qui partagent ce qu’elle ont tirés de leurs expériences. C’est tout l’enjeu de l’année européenne : permettre aux citoyens européens d’apprécier ces capacités.

C’est pourquoi, lors de la sélection des propositions d’actions qui lui sont soumises, le Comité français de coordination portera une attention particulière à soutenir les initiatives qui permettront de mettre en valeur la créativité des personnes handicapées et leur contribution essentielle au mieux être de tous. Les actions qui se tiendront au long de l’année 2003 devront montrer les possibles pour que demain chacun puisse être convaincu, parce qu’il l’a vécu, vu, entendu ou expérimenté, que l’intégration des personnes handicapées, plus qu’un devoir ou une obligation, est une nécessité vitale en ce qu’elle permet la participation du plus grand nombre de compétences.

Parce que l’accessibilité des transports, qu’elles demandent pour elles mêmes depuis 20 ans et qui commence aujourd’hui à être une réalité, facilite les déplacements de plus de 40 % des usagers et propose à tous des conditions de transport plus conviviales, parce que les aides techniques qui sont développées pour faciliter leur autonomie améliorent finalement la vie de chacun, telle la télécommande qui anime nos télévisions, parce que les systèmes d’aide à l’autonomie qui leur permettent de vivre à domicile répondront demain à une part importante de la société vieillissante, parce que l’adaptation des postes et des rythmes de travail qui leur ouvre les portes de l’emploi améliorent aussi la prévention des accidents du travail, parce que les méthodes éducatives développées pour favoriser leur accès au savoir profitent souvent efficacement à d’autre élèves en difficultés … « ce qui améliore l’autonomie et facilite l’intégration des personnes handicapées est facteur de développement » Voilà le message que sont appelées à relayer les personnes handicapées avec fierté et assurance, pour que la réponse à leurs besoins ne soit plus considérée comme une charge supplémentaire, mais pour qu’elle soit envisagée telle qu’elle est, c’est-à-dire comme un investissement global en faveur du mieux être de tous.

La société française est aujourd’hui au bord d’une aventure formidable, avec l’Europe dont elle contribue chaque jour à enrichir le rôle social, et dans le monde auprès de qui elle a la lourde responsabilité de faire vivre les Droits Humains qu’elle fut la première à déclarer.

Deux défis sont à relever dans ce but :

  • Trouver les moyens de la non-discrimination et de l’égalisation de chances des personnes avec des capacités particulières, et
  • Initier un changement durable du regard porté sur les personnes qui existent d’une autre façon.

Les acteurs qui se proposent de relever ces défis sont nombreux et soutenus par les plus hautes autorités de l’Etat français et des institutions européennes, et tout semble réuni pour qu’en 2003 un « électrochoc culturel » puisse secouer favorablement nos habitudes et transformer nos pratiques. Dans ce contexte favorable, il est toutefois nécessaire que le plus grand nombre de citoyens et d’associations agisse autour d’eux, dans leurs communes, leurs départements ou leurs régions, pour adapter et transformer l’environnement et la culture, pour montrer et valoriser la créativité formidable dont font preuve les personnes handicapées, et pour offrir enfin à chacun l’occasion de vivre une expérience grâce et avec les personnes handicapées.

Imprégnés à la fois de modestie pour la mise en valeur de l’autre, et d’ambition pour transformer durablement la société, nous avons tous un rôle à y jouer.

accompagnées © Jean-Luc Simon, PREMIÈRE MISE EN LIGNE LE 01/01/01