Vers la participation

Parlement Européen des Personnes Handicapées
Bruxelles, 10 & 11 novembre 2003

Mesdames et Messieurs,

  • Comme il y a 10 ans, nous sommes ici pour dire nos besoins et définir les priorités à mettre en œuvre pour favoriser notre pleine participation à la société européenne.
  • Comme nous l’avons fait durant toutes ces années au travers de nos organisations, nous sommes ici aujourd’hui pour apporter notre contribution à la construction d’une Europe respectueuse des capacités de chacun.
  • Comme c’est le cas pour toutes nos créations et de nombreuses innovations qui répondent à nos besoins, c’est l’autonomie et la qualité de vie de l’ensemble des citoyens qui se trouve finalement améliorée.

Ce que la société européenne a appris durant ces dix années, c’est que notre participation représente une valeur ajoutée et que la réponse à nos besoins est un facteur de développement. Nous le savons, et ce qu’il s’agit donc de faire maintenant, Mesdames et Messieurs les Députés européens, c’est de transporter cet élan de participation au cœur des États et de leurs Administrations.

Malgré les succès liés à notre participation ces dix dernières années, de la création du Forum Européen des Personnes Handicapées à l’introduction dans l’article 13 du Traité d’Amsterdam d’une clause de non-discrimination sur la base d’un handicap, la participation des personnes handicapées reste aujourd’hui difficile à mettre en œuvre dans beaucoup d’États Membre. À l’encontre des principes d’ouverture et de tolérance qui fondent l’Europe, on continue de vouloir nous éviter, de nous prendre en charge par charité, voire de nous éliminer avant la naissance, et de multiples discriminations font encore barrage à notre développement, comme pour Céline aujourd’hui ici présente avec ses parents, qui se trouve exclue de l’école qu’elle avait pourtant su apprivoiser depuis plusieurs années. Pour garantir une continuité des changements engagés, il est donc nécessaire que la participation des personnes concernées soit encore plus recherchée, encouragée, mais surtout mieux préparée.

Dirigées et animées par ceux et celles qui sont chargés d’une expérience des situations qu’il s’agit de combattre, des équipes d’experts devraient se constituer pour intervenir auprès de leurs pairs comme au sein des administrations, dans les lieux d’éducation et de formation, dans les établissements de soins, dans les médias et au sein de l’ensemble des structures susceptibles d’influencer les comportements.

Pour « accessibiliser » la société et les esprits, c’est un plan de formation massif qui doit donc pouvoir être envisagé pour former des experts eux-mêmes chargés d’une expérience des situations de handicap. En complément des systèmes en place, ces équipes d’experts représentent la seule force de frappe susceptible d’initier et d’accompagner les transformations profondes des mentalités et des pratiques qu’ils s’agit d’aboutir.

Dans la logique transversale qui anime la politique européenne en direction des personnes handicapées, nous souhaitons que des programmes de formation à l’autonomie basés sur la transmission de l’expérience soient engagés. En favorisant l’intervention de ceux qui ont surmonté les discriminations dont ils ont été victimes auprès de ceux qui les découvrent, nous tirerons un grand profit de ces programmes, tout comme en tireront profit les autres groupes minoritaires qui doivent lutter pour leur autonomie, leur non discrimination et leur intégration dans la société européenne, que ce soit en raison de leur origine ethnique, de leur préférence ou genre sexuelles, de leur âge ou de leur appartenance religieuse.

Les clefs du changement sont dans nos mains, et c’est sur la base de nos contributions qu’un grand pas a été engagé depuis 1993. Le handicap concerne aujourd’hui un champ de plus en plus large de la société, mais ce ne sera que lorsque ses acteurs auront choisi de les surmonter avec nous, en associant leurs compétences aux nôtres, que nous aurons, ensemble, les moyens de construire la société inclusive de demain.

accompagnées © Jean-Luc Simon, PREMIÈRE MISE EN LIGNE LE 01/01/01