Pour l’éducation citoyenne de tous les enfants

L'enfant, le handicap, l'école

Intervention d'ouverture du Colloque "L'école pour tous" Blois, 14 et 15 mai 2003

"Il a fallu nous battre en envoyant de nombreux courriers pour permettre la poursuite de la scolarisation de notre enfant dans l’école de sa commune. On pourrait croire que c’est un droit tout naturel … Et pourtant ! 

Instituteurs tous les deux et donc rompus aux méthodes de “l’éducation nationale”, c’est ainsi que s’expriment Myriam et Thierry Bonsergent en décrivant leur parcours de parents d’un enfant en âge de découvrir les portes de la connaissance ! Nanni, leur fils, est un enfant éveillé aux potentiels évidents. Sa soif de connaître est à la mesure des enfants de son âge et il a conscience de la chance qu’il a d’être entouré ainsi. L’auxiliaire d’intégration, que Myriam et Thierry ont eu tant de peine à obtenir et à maintenir, accompagne Nanni pour lui permettre de s’ouvrir à la connaissance et aux autres, comme les autres, dans l’école de son village. Elle lui permet de jouer et de s’amuser avec ses copains, de découvrir les injustices de la vie et de mesurer le poids de ses troubles moteurs pour mieux en maîtriser les contraintes. Ses camarades, eux, ont appris à être plus attentifs à ses besoins et ont rapidement su intégrer ses particularités dans leurs jeux.

La contribution positive des enfants handicapés à l’éducation de l’ensemble est un fait indéniable, et l’intégration des enfants handicapés dans les établissements d’enseignement ordinaires donne souvent des résultats remarquables.

L’adaptation des “attitudes pédagogiques” aux besoins des enfants handicapés soutient aussi ceux-là pour qui une adaptation ne semblait pas nécessaire. Les élèves apprendront avec plus d’aisance parce qu’ils verront ou comprendront mieux ce qu’exprime l’instituteur, ou parce qu’en constatant qu’il y a mille façons d’apprendre et qu’il existe des réponses aux difficultés de chacun, ils se sentiront plus libres et plus assurés quant à leurs capacités, ils développeront une meilleure confiance en eux-mêmes et, par voie de conséquence, seront plus curieux et plus entreprenants dans leur soif d’apprendre.

Alors n’attendons plus et apprenons à l’école que “le handicap éduque l’école” comme l’affirme Henry Lafay, apprenons lui “à accueillir des élèves qui n’entrent pas dans la norme, qui n’entrent pas dans la perspective de sélection et de compétition, et là nous rendrons service à l’école et nous rendrons service à la société.

L’inclusion des enfants handicapés dans l’école ordinaire est une demande de plus en plus forte de la part des parents, et sans être érigé en système unique, l’apprentissage dans l’école de sa communauté doit pouvoir devenir une possibilité pour tous ceux qui le désirent. Quand la maîtrise d’apprentissages spécifiques comme la Langue des Signes ou le Braille nécessite le regroupement d’enfants confrontés à une même situation, rien ne doit plus obliger ce même enfant à cesser de se confronter à ses camarades dans l’espace public de l’école ordinaire.

Pour construire cette école citoyenne de la diversité, “il faut développer l’information et la formation des enseignants d’accueil”. C’est une demande des parents et une attente des professionnels de l’éducation qui les soutiennent, et ceci dés le berceau, c’est-à-dire dés les premiers pas de l’enfant dans les espaces de socialisation qui préparent son arrivée dans l’école.

C’est l’intérêt de tous les enfants qui est en jeu dans l’intégration scolaire, pour que chacun soit le plus autonome possible dans un mode qui l’accepte tel qu’il est.

accompagnées © Jean-Luc Simon, PREMIÈRE MISE EN LIGNE LE 01/01/01