Interroger l'inclusion

Le mot « inclusion » est utilisé aujourd’hui à la place des mots « intégration » ou « insertion », et au débat qui existait déjà à propos de la signification et de l’impact de ces deux termes, s’ajoute maintenant celui qu’appelle l’introduction ce troisième dans le champs de la sociologie.

C’est Bill Clinton qui en 1992 a pour la première fois installé le terme d’inclusion dans le champs du handicap, très probablement conseillé en cela par Judith Heumann qui fut membre de son administration de 1993 à 2001, et où elle fut tout aussi brillante que l’activiste qu’elle avait été sur le campus de Berkeley à San Francisco. C’est sous leurs auspices qu’a été engagé une politique nationale fondée sur trois principes simples : L'inclusion, pas l'exclusion ; L'autonomie, pas la dépendance ; L'émancipation, pas le paternalisme. 1

Toutefois, "intégration" en français n'est pas un terme équivalent à "Inclusion", pas plus qu’il n’est celui de son homonyme anglais « inclusion" (iincloûzione).

En anglais, le terme « inclusive » se réfère souvent aux notes de restaurants et autres factures, « all included » signifiant que tout est compris, taxes et service, et « an Inclusive society » est donc une société inclusive qui comprend tout le monde, quelques soient ses capacités.

Etymologiquement, le mot « inclusion » est tiré du latin inclusio (« enfermement »).

Inclure en français signifie isoler dans un lieu protégé, comme les insectes inclus dans la résine. Dans le domaine de la métallurgie, les inclusions désignent de « matièresindésirables métalliques ou non, en général , réparties dans un métal ou alliage » (2), et dans celui de la minéralogie les inclusions sont des « corps étrangers (solides [cristallisés ou vitreux], liquides ou gazeux) contenus dans la plupart des cristaux et des minérauxune hétérogénéité due à la présence d'un  ». Dans les pratiques de la verrerie, l’inclusion est « corps étranger dans le verre » (2). En biologie, « Les inclusions sont soit des déchets, soit des réserves alimentairesune substance. », ou « «  figurée intracellulaire n'appartenant pas aux constituants normaux de la cellule, par exemple inclusion virale. » (2)

Les définitions anglaises sont nettement plus claires et positives, l’inclusion c’est « le fait d'inclure une personne ou une chose dans un groupe, une liste, etc … l'idée que tout le monde devrait pouvoir utiliser les mêmes installations, participer aux mêmes activités et vivre les mêmes expériences, y compris les personnes qui ont un handicap ou un autre désavantage. Exemple : L'école a une forte culture d'inclusion des élèves avec des besoins spécifiques.», et «  ». Ailleurs, toujours en anglais mais en plus court, l’inclusion est « le fait d'inclure quelque chose ou quelqu’un comme partie d'autre chose » (3).

Selon cette lecture, le concept d’inclusion concernerait les champs de l'environnement et des pratiques, et ne pourrait caractériser l’individu. "Construire des sociétés inclusives » en s’appuyant sur des "processus inclusifs" seraient correct,  prétendre à "l'inclusion des personnes" ou "inclure quelqu’un" ne je serait pas.


1 Inclusion, not exclusion; independence, not dependence; and empowerment, not paternalism.

2 Dictionnaire Larousse en lignehttps://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/inclusion/42281

3The act of including something or someone as part of something.


©Jean-Luc Simon, PREMIÈRE MISE EN LIGNE LE 01/01/01